Echanges de vue avec Goodplanet

Voilà bientôt un an que les Lutins thermiques sont partie prenante des problèmes mondiaux soulevés par Goodplanet concernant le climat, la pauvreté, la biodiversité et la pollution.

Le lecteur intéressé par ces sujets peut utiliser les mots clefs suivants dans Google : goodplanet balendard.

Il peut aussi avoir accès aux différents échanges de vue entre les Lutins et Goodplanet sur ces sujets importants pour notre devenir.

 

Echanges concernant le livre « La chaleur renouvelable et la rivière »

 

Entre Balendard et le Maître d’œuvre de la PAC eau eau décrite dans le livre

Le Maître d’oeuvre s’adressant à Balendard

Bonjour Jean,

Merci pour ton livre, que ton frère m’a transmis. Je me permets de me compter dans les « lutins énergétiques » … courageux !! ou inconscient ??… 

Au bout de 7 ans de fonctionnement, plutôt raisonnablement bénéficiaire d’un investissement avec un retour fort satisfaisant, tant financier qu’en terme de confort au sens « chaleur agréable dans tout le logement ».

Au final, la véritable inconnue est la durée de fonctionnement d’une PAC eau –eau. Si cela dépasse 10 ans, je serai largement bénéficiaire. 2009 – 2016 => 7 ans pour le moment.

Au total des bénéfices, on peut aussi ajouter la « propreté » : pas de fioul salissant, pas de fumée, pas de cheminée.

Bravo pour ton ouvrage,  Beaucoup de sujets traités,  je vais prendre le temps pour les lires en zappant d’un sujet à l’autre.

Amitiés,    FF

 

Réponse de Balendard

Bonjour François

Courageux certainement, inconscient certainement pas.

Concernant la durée de vie d'une PAC eau-eau à compresseur la seule pièce d'usure est le compresseur. Sauf imposition d'un législateur en mal de nouveauté imposant une date limite d'utilisation du fluide caloporteur que tu utilises actuellement ça devrait tenir une bonne vingtaine d'années voire plus. Pour info les compresseurs spirale Copeland de la PAC à air Daikin décrite dans le livre ont été garantie 5 ans à l'utilisateur.

Il n'y a pas de frottement mais un "roulement" métallique avec ce type de compresseur ce qui limite l'usure. Ceci alors que je crois bien me rappeler que Stiebel Eltron a utilisé ce type de compresseur sur ton installation  

La meilleure chose qui pourrait t'arriver en fin de vie serait peut-être que la municipalité te délivre de l'eau tiède venant du Dogger. Par exemple de l'énergie du doublet de Créteil dont on ne récupère probablement pas l'énergie fatale depuis de nombreuses années. Ceci sous réserve que le prix de cette eau soit inclus par exemple dans les taxes d'habitation sans comptage vu que le parlement européen estime que l'eau n'est pas un bien marchand comme les autres mais un patrimoine qu'il faut protéger, défendre et traiter comme tel.(je rajouterais utiliser au mieux). Ceci tu l'auras compris pour augmenter la température à la source froide de ta PAC et passer son COP à 8 voire plus

Je t'envoie par un autre email un complément sur les réseaux d'eau non potable qui peut être considéré comme un complément à mon livre et qui permet de comprendre

Voir aussi à ce sujet le lien ci-dessous qui pourrait être la conclusion de mon livre

http://www.goodplanet.info/actualite/2016/09/21/victimes-dun-episode-inedit-massif-de-blanchissement-debut-dannee-coraux-de-nouvelle-caledonie-se-partiellement-regeneres-restent-vigilance-scientifiques-craig/

Bien cordialement

Jean alias Balendard

 

Entre Balendard et un copropriétaire habitant dans l’immeuble objet du cas pratique

à l’occasion de la COP21

 

Claude Pocard s’adressant à Balendard

Il y a un mot de passe à ton œuvre magistrale ! Pour la transition énergétique, je propose une solution plus élégante. On brûle absolument toute l'énergie fossile en attendant que puisse être capturée avec profit l'énergie solaire. Mais provisoirement, pour ne pas augmenter la température terrestre moyenne, on éloigne la Terre du Soleil d'une cinquantaine de millions de kilomètres.

Réponse de Balendard

Oui il y a un mot de passe mais sois indulgent l’éditeur n’a pas encore corrigé l’œuvre. Ma solution est un peu différente de la tienne. Vu le lobby pétrolier c’est un peu ce qui va se passer : la chaufferie hybride va brûler ce qui reste quatre à cinq fois plus lentement ce qui va nous laisser un peu plus de temps pour perfectionner le voltaïque. Mais il y a urgence, à force de presser le citron, il n’y a plus beaucoup de jus. Espérer limiter à 2°C  le réchauffement climatique me semble bien présomptueux. En arrêtant immédiatement l’effet joule et la combustion qui date tout de même du pléistocène moyen, peut-être y arriverions nous. Il est probable que nous n’aurons pas d’autre choix que de faire cohabiter la combustion et l’enthalpie pendant de nombreuses décennies. Le mot à retenir concernant les conséquences du réchauffement climatique sera, on peut le craindre pour nos petits-enfants le mot adaptation


Claude Pocard

Je pense les météorologues s'affolent inutilement. La Nature résoudra élégamment ce problème. L'adaptation transformera les poumons des animaux et de l'homme. Ils seront capables de transformer le dioxyde de carbone en oxygène et carbone. Formidable adaptation de l’homme à son environnement, le rhésus sanguin n'aura même pas besoin d'être modifié. 

Il faudra simplement reprendre les fosses nasales et les bronches et les transformer.

 

Réaction de Balendard suite à cet article du CSLT édité par BATIACTU

Le CSLT (Ne pas confondre avec le CSTB) estime que "Barenton confiseur" raisonnait juste lorsqu'il disait :  « La véritable expérience est secrète, elle nait des petits incidents de tous les jours, des petites erreurs répétées,  des succès renouvelés qui, par leur nombre, marque les lois auxquelles se soumet l'habitude. Elle n'est pas pensée, mais vécue » 

Pour progresser et assurer le devenir de la chaufferie hybride en avançant plus rapidement vers la "TRI à minima" nous assurant un monde social équilibré, décarboné et plus confortable, il est assurément préférable de profiter de l'expérience de ceux qui ont déjà planché avec succès sur le sujet (voir.  http://www.infoenergie.eu/hybride-daikin.jpg)

La climatologie, la physique appliquée, voire la théorie, peut-être même le travail du programmeur, n'ont semble-t-il pas grand-chose à attendre de ce monde semi-virtuel mis en avant par ce département du CSTB fusse-t-il à Antipolis. Les Lutins thermiques sont pour finir bien réels, il leur faut seulement COHABITER, cohabiter comme les deux fluides de la chaufferie hybride le gaz et l'électricité

 

Balendard 

 

Une solution est proposée aux problèmes du Médiateur de l’énergie,

Monsieur,

Ma proposition est simple, plutôt que de vous laisser enfermer dans un système qui rend l'aide indispensable, pourquoi ne pas créer une saine concurrence entre le gaz et l'électricité au sein d'une même chaufferie en y associant la combustion et le chauffage thermodynamique ? Ceci afin d'abaisser  significativement le prix de l'énergie thermique rendue dans les logements ?

Bien à vous

Jean Grossmann Alias Balendard

 

Réponse du Médiateur de l’énergie

Bonjour Monsieur,

Jean Gaubert, médiateur national de l'énergie depuis novembre 2013, en remplacement de Denis Merville a pris connaissance de votre site sur l’énergie et m'a chargé de vous répondre. Le système de chaudière hybride gaz / PAC que vous promouvez semble très intéressant, même si sa complexité de mise en œuvre et d'exploitation est sans nul doute le frein principal à une plus large diffusion. En tant qu'instance de médiation,  nous sommes confrontés presque quotidiennement à des malfaçons et défauts de maintenance pour des installations bien plus simples, qui mettent souvent en cause la compétence des entreprises réalisatrices. Les déboires du village de Lochwiller incitent également à la prudence sur des technologies pas toujours encore bien maîtrisées par tous les intervenants. Sur la question du financement, ces installations pourraient être éligibles au fond chaleur dont vous trouverez en PJ pour information une notice explicative (Le système s'apparente à une PAC géothermique avec appoint gaz). C'est à vérifier auprès de l'ADEME. Une telle aide réduirait significativement le coût d'investissement pour les copropriétés concernées, facilitant sans doute la décision.

Bien cordialement

La réaction de Balendard

Bonjour Madame

Vous avez raison, une chaufferie hybride gaz - électricité moderne (Chaudière avec brûleur modulant – PAC à compresseur aquathermique) est plus complexe que le gicleur d’un bruleur d’une ancienne chaudière fioul. Mais je pense que la raison principale de vos soucis et le frein principal à la diffusion de ces systèmes complexe ou non est le défaut d’entretien des fluides assurant les transferts d’énergie. Malheureusement ce sont rarement les entreprises réalisatrices qui assurent l’entretien de ces générateurs de chaleur sur le moyen terme (et encore moins sur le long terme) ce qui n’arrange pas les choses. Les performances promises au contrat ne doivent pas être respectées seulement pendant la période de garantie de l’équipement (environ 5 ans avec les bons prestataires) mais doivent être assurées sur le long terme (20 ans).

 

Le cas du petit village de Lochwiller dans les Vosges est heureusement un cas isolé objet de conditions très particulières. En milieu humide, les sols argileux souples et malléables, deviennent étanches lorsqu'ils sont saturés en eau. Lorsque le forage a été réalisé à  Lochwiller, la foreuse a rencontrée tout d'abord une première couche constituée par une roche tendre d'anhydrite. Des géologues ont expliqué que  la foreuse a ensuite transpercé une couche étanche d'argile libérant de l'eau sous pression vers le haut.  Il se trouve qu'en présence d'eau,  l'anhydrite a la particularité de  se transformer par réaction chimique en gypse et de gonfler en volume ce qui a provoqué le soulèvement du sol du village de Lochwiller et le problème que l’on sait. Selon le BRGM et la carte que cet organisme a diffusée, les gisements d’anhydrite en France sont heureusement très localisés. (Il n’y en a semble-t-il que deux)

 

Merci bien pour le fichier joint concernant les aides fiscales éventuelles. Je vais le lire attentivement. Nous sommes tous actuellement confrontés à des difficultés financières et une aide finançant une partie de l’investissement de départ serait la bienvenue mais j’attire votre intention sur le fait que l’équipement de départ ne se paye qu’une fois, alors que l’usage est de tous les jours.

 

Bien cordialement

Balendard

Balendard tente de faire éditer son livre sur « La chaleur renouvelable et la rivière »

Bonjour  de Balendard aux auteurs de " L'efficacité énergétique du batiment"

Les articles de Batiactu ne cessent de dire que la France peine à respecter ses objectifs annuels dans le logement collectif de 500 000 nouveaux logements / 500 000 rénovations alors que le résultat tourne autour de 400 000/100 000. C'est dans ce contexte de blocage du bâtiment existant qu'un de mes amis et moi-même avons parcouru votre livre sur la thermique des logements tertiaires et industriels. Il fourmille de bonnes idées qui je l'espère pourront petit à petit aider à débloquer un dispositif à l'agonie dans le logement collectif du citoyen. J'y ai puisé pour ma part deux idées fortes qui m'ont aidées dans mon livre ce m'a amené à vous lister dans ma bibliographie avant de soumettre mon livre à un éditeur. Au moment où notre premier ministre vient d'accorder à la construction du logement collectif neuf une dérogation de trois ans pour se conformer à la RT 2012, je ne pouvais en effet en raison de ce qui précède laisser votre livre sous silence. Le chemin qui nous mène à la transition énergétique sera assurément long difficile à franchir. Il nous faudra pourtant vu le retard accumulé le parcourir plus rapidement et sans trébucher alors qu'il trace sa route entre deux précipices :« le conservatisme et le normalisme » dun côté et de lautre selon la nature du relief ; "lignorance, le mensonge, l’obscurantisme ou la bêtise humaine* » Peut être votre livre pourra-t-il nous éviter de trébucher, mais vous avez choisi le tertiaire et l'industriel en privilégiant plutôt le neuf alors que de mon côté j'ai plutôt choisi la rénovation de l'habitat urbain collectif habituel. Ceci en essayant de faire la part des choses entre le collectif et le privatif, entre le neuf et l'ancien, entre un immeuble et une maison individuelle, et aussi entre ce qui pourrait devenir obligatoire et ce que le bon sens nous recommande de faire sans qu'il y ait obligation. Pour résumer la situation actuelle, le logement collectif français n'aurait plus que 3 ans devant lui pour se conformer :

  - à l'audit thermique obligatoire dans l'ancien
  - aux exigences de la RT 2012 dans le neuf
Pour la première résolution on peut s'interroger afin de savoir s'il sera plus facile de franchir le chemin et de mieux tirer profit de cet audit lorsque la génération thermique est collective que lorsqu'elle est individuelle.....
Pour la deuxième il me semble

  - qu'étalonner les prises d'informations pourrait nous préserver du mensonge et de l'obscurantisme
  - que se préoccuper un peu plus de la température extérieure permettrait d'amorcer un dialogue contradictoire favorisant la généralisation de la RT 2012 à la rénovation thermique dans l
ancien.
  - qu'agir prioritairement sur la génération plutôt que sur l'isolation nous permettrait de rattraper en bonne partie notre retard en ce qui concerne les émissions de gaz a effet de serre tout en ménageant notre pouvoir d'achat

Vu ce qui précède et les retards accumulés dans la thermique du BTP, il me semble inopportun, voire maladroit, que la France se considère comme le pays de l'excellence environnementale lors de la conférence mondiale sur le climat qui doit se tenir dans notre pays fin 2015. Ce qui de mon point de vu importe le plus est bien que reconnaissant ses erreurs passées, elle soit avec l'Allemagne le catalyseur qui fasse que tous les autres pays européens coordonnent leurs actions avec le tandem franco-allemand de telle sorte que l'Europe soit considéré comme le continent de la sobriété énergétique retrouvée et petit à petit prise comme exemple de ce qu'il faut faire sur le plan mondial.

Voilà ce que je voulais vous dire. Ceci dit un petit mot de votre part faisant la liaison entre votre ouvrage et le mien serait le bienvenu.

A charge pour moi de le positionner près de la préface de mon ami polytechnicien et CKiste Georges Maignan

Bien cordialement et bonne année 2015 aux auteurs de " L'efficacité énergétique du batiment"

Réponse d’un auteur de " L'efficacité énergétique du batiment"

Bonjour

En parcourant mes mails, je retrouve le vôtre; nous vous remercions pour ce long message qui montre votre intérêt pour notre ouvrage et votre passion pour le sujet.

Je vois aussi que vous produisez régulièrement des ouvrages, si j'en crois ma recherche internet; ce qui est toujours impressionnant, tant nous avons "ramé pour produire le nôtre en nous demandant si l'on aurait l'envie de recommencer.

Bonne année à vous

 

Cordialement

Richard FRANCK

A propos du livre en préparation « La chaleur renouvelable et la rivière »

Bonjour Jean

Jacques Trollux m'a téléphoné, il a lu ton livre (la version que tu m'avais envoyée sur carte micro, pas la dernière).

Il trouve que le thème principal du livre - Les pompes à chaleur est très clair et de qualité mais que peut-être tu aurais pu t'étendre moins sur les autres façons de produire de l'énergie: thermique, hydraulique, solaire, fission, surgénérateurs, fusion ..etc. C'est vrai que ça donne un panorama global de la production d'énergie, mais c'est en quelque sorte un deuxième livre. Je partage un peu ce point de vue, mais c'est vrai que ma petite introduction qui part du Canoë-Kayak et va jusqu'au soleil, l'encourageait plutôt.

Amitiés  Georges

 

Bonjour à vous deux

 

Je pense que Jacques a en partie raison mais je lui fais observer que le chapitre I (la rivière source s'énergie) fait 57 pages alors que le chapitre II (la rivière sans l'énergie) ne fait 36 pages. Le livre a progressé depuis la version sur carte SD mais je pense que la dernière version pourrait peut-être encore progresser en décalant le dernier sujet sur les formes d'énergies   dans le chapitre III concernant les Lutins thermiques. Cela va dans le sens de jacques:  le chapitre II ne ferait plus que 28 pages. Il revient en effet peut-être aux Lutins thermiques dont tu fais partie de prouver que c'est bien grâce au soleil que la généralisation du chauffage thermodynamique est envisageable. Cela m'oblige à renuméroter les pages mais ce n'est pas un trop gros travail. Merci bien de me dire ce que vous en pensez

Je dois rencontrer les éditeurs début septembre 

Amitiés Jean

 

Réaction de Balendard après avoir écouté Bernard Laponche fondateur de l’Ademe

J’ai écouté attentivement Monsieur Laponche. Dommage qu'il n'y ait que la parole car seul les écrits restent. Dommage donc car ce qu'il dit dans cette interview est de mon point de vue un concentré utile des erreurs passées et actuelles sur l'énergie. Avec la possibilité de progresser lorsque l'on reconnait ses erreurs. Concentré qui mérite de mon point de vue plus qu'une interview. En l'écoutant on comprend qu'il regrette ce manque de dialogue contradictoire avec les politiques ou ceux qui ont été mis au sommet de la hiérarchie par eux alors qu’ils n’ont pas toutes les connaissances requises pour y être. Son souhait de faire valoir ses connaissances dans le domaine du nucléaire et de la sécurité dans lequel il est  particulièrement compétent mérite pourtant d'être lu et entendu. En l'écoutant on ressent la sincérité  du propos. Je vais le réécouter.  Difficile de tout assimiler en une seule fois. A force  de travailler sur ce sujet je me suis fait une opinion sur le renouvelable et ce qui ne l'est pas. Je regrette comme lui le manque de dialogue contradictoire entre les niveaux d'une hiérarchie un peu trop verticale et qu'il faudra bien percer latéralement un jour où l’autre pour avancer plus rapidement.  C'est d'ailleurs ce manque de contradicteurs qui m'a amené à inventer les "Lutins thermiques" pour amorcer dans certains cas virtuellement le dialogue. 

Les énergies renouvelables et la "fête des voisin" ou à propos d'un désaccord :

Faut-il inviter les syndicats de copropriétaires voisins ou non ?

Bonjour,

Je pensais que les « voisins » faisaient le « voisinage » mais je dois être un innocent. Par contre je pense que notre décision pour le complément ENR doit faire intervenir sur le long terme les coûts relatifs des énergies et les orientations gouvernementales qui sont pour l'instant particulièrement instables. Pour moi changer les règles à notre détriment en cours de cycle, c'est changer les règles en cours de partie, c'est tricher et voler.

Amitiés

Jean Marc

 

Bonjour jean marc

Je pense que c'est toi qui a raison, "l'union fait la force".  Si le projet de loi sur la transition énergétique passe, le respect des objectifs relativement ambitieux qu'elle propose ne pourra être obtenu selon moi qu'avec notre étape 2 (notre complément ENR) et il est plus que probable qu'un contact avec les syndicats de copropriété voisins du nôtre est une bonne façon d'avancer dans la bonne direction. L'intérêt de notre copropriété rejoint celle de notre municipalité qui ne peut pas satisfaire notre besoin en chauffage urbain comme elle avait promis de le faire avec la combustion des ordures pour les immeubles rue de Silly. Dans notre cas particulier la création d'une SEM prend tout son sens. Elle va dans le sens du consensus. Elle préserve en effet nos intérêts et nos préoccupations en nous délivrant d'un forage dans notre jardin et elle permet à notre municipalité de montrer la voie à suivre. Quant à notre décision de procéder pour le complément ENR il y a à cela plusieurs conditions:

- L'évolution du coût des énergies primaires est effectivement un facteur important de cette décision. Cette évolution est maintenant moins instable et mieux connue sur le long terme: la tendance est inexorablement à la hausse. 

- Une fois les règles établies les changeaient à notre des trimant en cours de partie c’est, je le pense aussi tricher et voler. Mais le millefeuille français n’est pas aussi indigeste qu’on le dit si on le décompose en éléments simples sans vouloir croquer toutes les feuilles d’un seul coup. Derrière le projet de loi sur la transition énergétique il y a je pense une volonté sincère d’aboutir

- Une dernière condition est aussi d’arriver, en raison du manque de place dans la plupart des chaufferies à convaincre le prestataire en charge de la réalisation côté source chaude d’abandonner la régulation du type tout ou rien au profit d’une régulation de débit du fluide caloporteur

 

L’avenir se prépare au présent

A l’occasion de la « conférence internationale sur le climat » qui va se tenir en France en 2015 l’auteur de ce site estime que la France et l’Allemagne n’ont pas d’autre alternative que de collaborer. Dans cette optique il a envoyé à celui qui l’a embauché à l’origine de sa véritable carrière professionnelle ses vœux et le lien qui l’oriente vers le livre créé à l’occasion de cette conférence internationale

 

Hello Bert

Alle meine besten Wünsche für das jahr 2014

For you and your family

J’ai terminé mon livre sur la chaleur renouvelable. Voir le lien ci-dessous qui vous permet de comprendre ce qui se prépare à l’occasion de la conférence internationale sur le climat qui va se tenir en France en 2015. Je suis convaincu que la France et l’Allemagne vont collaborer

http://www.infoenergie.eu/chargement/LA-CHALEUR-RENOUVELABLE.pdf

Amitié    Jean

 

Dear Jean,

thank you for the good wishes for 2014..I hope you and your family will also enjoy a wonderful new year. As I can see you keep yourself very busy with energy, so or very academic. Unfortunately my french cannot pick up all the details. The summary report of over 400 pages looks like a very sophisticated investigation and should help generations. Are you entitled now to call yourself  Dr or Professor Jean Grossmann ???? Congratulation Jean for such a great investigation. Do you have a chance to speak to students on subject? When I looked into this paper I remembered well our first meeting at Saint Cyr Electro Industrie, seeing you on the shop floor designing servo valve circuits as entry for Oilgear. You remember Jean? That was the beginning of our relation. Are you still skiing ? I just returned from a 5 day skiing trip in Austria.

Herzliche Grüße

Bert

 

Hello Bert

Time is running and I would preferred that my job help my generation and not futures generations. Yes I have a chance to speak to students on this subject and this was a big surprise for me to notice that they understand much more quickly. Yes. I remember of course St Cyr, the starting point with OILGEAR. Yes I am still skiing. The OILGEAR TOWLER team was in my mountain chalet this weekend. Has you know Jean Francois MAGNANI retired. I could possibly have a contact with Frederic Jamet the new manager for a 3 ways water prototype valve. I have the feeling that your German company Waterkotte could take profit from better cohabitation between “gas” and “electricity” if they improve their hydraulic circuit. Hope you enjoy your retreat. On my side I do share a trek in the Colombian mountains this week

Kind regard

Jean Grossmann

 

Réaction de l’auteur de ce site en apprenant

que l’ancien patron de OGT lui propose d’intégrer l’association des Ingénieurs professionnels de France

Bonjour Jean François

Excuse pour le retard à te répondre mais j'étais au Maroc. Plutôt que de dégrader les ingénieurs style vieilles croûtes qui n'ont rien fait de valable dans leur vie professionnelle ou presque, je pense que ton action ayant pour but de valoriser les autodidactes qui ont mérité leur salaire par leur actions sur le terrain est valable et louable. Je serais évidemment heureux de pouvoir discuter avec Mr Charrier. J'admire la façon qu'il a de s'exprimer pour faire passer un message et nul doute que l'on apprend certainement beaucoup à son contact. Laisse-moi cependant un peu le temps de souffler. Je suis actuellement extrêmement pris et préoccupé par le fait que les gens ne veulent plus payer pour être informé.  Pire, par indifférence ou paresse,  ils ne prennent même plus le temps de s'informer lorsque c'est gratuit. Quant à "ceux qui savent" ils ne veulent rien faire sans être rémunéré. Cela pourrait être légitime si nous n'avions déjà réponse aux offres d'étude passe-partout qu'ils envoient pour prétendre solutionner efficacement nos problèmes de chauffage. Bref le moral n'est pas au beau fixe. J’ai 77 ans et je me demande si je ne vais pas passer l'éponge

Jean

 

Le 8 déc. 2013 à 11:17, Jean François Magnani a écrit:

Bonjour Chers amis, 

Comme discuté voici la docu au sujet des Ingénieurs Professionnels de France, ingés qui viennent du terrain. Ce qu'on appelait dans le temps les Ingénieurs Maison .La SNIPF étant l'outil qui permet la Validation officielle des compétences. Robert vous en faîtes partie sans problème. Jean étant diplômé sans PB aussi. Cette association existe depuis 1936. Nous sommes actuellement plusieurs milliers. Nous sommes rattachés aux IESF, association qui regroupe tous les Ingés Français;(Plus d'un million) Pour Info vous pouvez me rejoindre au bureau de Paris comme membre associé (Cotis annuelle 50 Euros). On se réunit une fois par mois à  nous sommes entre 5 et 10 collègues, B.Charrier m'a rejoint .Il n'y a rien de compliqué, il n'y a généralement (malheureusement) que des retraités qui viennent; .....C'est le PB de toutes les Associations.

Bien amicalement,   J François        Président SRIPF      Région Paris Ile de France

 

Réaction de l’auteur de ce site en apprenant

que l’un de ses amis espère un dépannage rapide sur sa pompe à chaleur air eau

Bonjour Pierre

Voilà ans deux que ta pompe à chaleur DAIKIN fonctionne correctement et que survient le premier incident. Comme je te l'avais promis si tu as froid et que la petite souflante de ta cheminée ne suffit pas je finance un radiateur électrique d'appoint style grille-pain. Ce n'est pas une boutade. A toi de m´envoyer la facture du matériel. Pour ton problème de maintenance PAC les constructeurs sont sensibles à l'établissement de labels style QUALIPAC qui les valorisent par rapport à leurs concurrents. Daikin occupe une position de leader dans le domaine du chauffage thermodynamique. Je ne sais pas trop quel est la nature de ton problème mais ce qui m'a le plus inquiété dans la PAC aérothermique est la formation de glace sur l'évaporareur et la phase dégivrage avec l'inversion du circuit. C'est d'ailleurs pourquoi nous avons prévu de faire les échanges thermiques avec l'eau et non avec l'air pour notre immeuble pour éviter la formation de glace en terrasse et cette fonction dégivrage.  Si tu es mécontent du temps de réaction SAV de DAIKIN et de la qualification du personnel SAV qui vient assurer la maintenance fait le moi savoir j'essaierais de t´aider. Si ça peut te consoler je vais sur une chaufferie fioul demain matin. C'est la pompe du bruleur qui vient de lâcher. Comme tu le vois tous les systèmes quel qu’ils soient ne sont pas à l'abri d'un incident.

Je te passes trois liens lien 1  , lien 2  et lien3 du site sur l'énergie européenne en rapport avec ton installation


Amitié Jean    Alias Balendard

 

Réaction de Jean Paul Cézard, ancien international de Canoë-Kayak

prenant connaissance des livres traitant de « La rivière et l’énergie » ainsi que de « La chaleur renouvelable et la copropriété »

 

Merci Jean pour toutes ces informations énergétiques stratégiques argumentées et illustrées. Elles sont complètement d’actualité. Espérons qu’EDF, partenaire fédéral, y travaille d’arrache-pied. Si ce n’est pas le cas, les concurrents s’en chargeront sans doute. On peut relever une fois de plus le « haut niveau » de réflexion de notre communauté sportive et citoyenne. @+   Jean-Paul CEZARD  Directeur National Adjoint

 

Préface pour le livre « La chaleur renouvelable et la copropriété » 

Jean Grossmann   Alias Balendard
Par ami interposé, il fait une demande de rédaction de cette préface à  Bernard Laponche ancien responsable et créateur de l'Ademe, organisme gouvernemental actuel pour l’énergie.
Il représente pour lui quelqu'un qui fait autorité et qui a son mot à dire sur les énergies renouvelables
.

 

Réponse de Bernard Laponche

En ce qui concerne le livre de Jean Grossmann, je ne suis vraiment pas assez compétent sur les questions d'hydraulique et les rivières pour faire une telle préface. 

Il me faudrait beaucoup de travail pour me plonger dans ces questions; Faire une préface est un exercice difficile que je n'ai fait qu'une fois pour un livre sur le nucléaire, sujet que je connais mieux.

Excuse-moi auprès de lui mais je m'en sens vraiment incapable.

Amitiés,   Bernard

 

 Le livre « La chaleur renouvelable et la copropriété » 

ne trouve preneur ni chez Dunod, ni chez les « Liens qui libèrent » ni chez OdileJacob :

 

OdileJacob

Monsieur ,

Je vous remercie d’avoir bien voulu nous confier votre projet de publication. Il a été examiné avec toute l’attention qui convient. Malheureusement, malgré son intérêt, ce travail ne saurait trouver sa place au sein de notre ligne éditoriale actuelle. C’est pourquoi nous ne pouvons nous engager à le publier. Nous vous prions de croire à toute notre admiration et à notre encouragement.

P/O Le Comité de lecture

 

Réponse de Balendard

Madame, Monsieur

Merci pour votre admiration et vos encouragements mais je dois vous dire que je suis déçu de votre décision. Non pas par fierté personnelle mais parce que je voyais dans ce livre une occasion de faire passer un message simple :

Celui qui concerne le fait suivant : L'amélioration de notre environnement est en bonne partie fonction des orientations qui sont prises lors du choix des solutions envisagées pour la rénovation thermique des immeubles. Une bonne orientation de départ peut être l’instrument décisif d'un changement conduisant au progrès social et économique en France, ce qui fait actuellement cruellement défaut à notre pays. Elle répond aussi à la transition énergétique de qualité souhaitée et attendue par chacun d'entre nous. Peu de gens perçoivent encore en France ce que j’avance et ce ne sera malheureusement pas OdileJacob qui fera passer le message. Le livre que je souhaite éditer n'est peut-être pas assez généraliste mais la difficulté dans un premier temps a été de rassembler parmi les paramètres liées à la rénovation énergétique des bâtiments anciens, ceux qui m'ont parus les plus importants et de montrer, chiffres à l'appui, comment ils interfèrent les uns les autres.   

Dommage   Bien à vous

 

Echange entre la revue Chaud Froid Performance (CFP)

et les Lutins à propos de l’exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique

 

Le responsable des Lutins

Les énergies renouvelables abandonnées et touchées par la disgrâce ? Vous plaisantez?  Alors que tous les hommes politiques du moment sans exception sont opposés pour des raisons évidentes à l’exploitation du gaz de schiste, comment osez-vous faire paraître dans votre revue un article pareil. Je comprends que celui qui l’a écrit n’ait pas eu le courage de le signer. Oui franchement j’ai envie de me désabonner à votre revue. C’est le vide. Tout cela est minable 

 

CFP

Je vous sens quelque peu désappointé. Sinon provocateur. Je pense que l'information que j'ai donnée sur les gaz de schiste méritait d'être portée à la connaissance de professionnels utilisateur d'énergie et aussi observateurs des comportements des fournisseurs à l'affût de nouveaux gisements. Je vous fournis le document de base est en pièce jointe, même si je sais que vous devez l'avoir déjà étudié page à page. Je n'ai pas signé cet article comme nombre de ceux du magazine ; quoi qu'il en soit, le rédacteur en chef endosse toujours la responsabilité de ce qui est publié. Merci pour ce message, et à votre disposition pour discuter plus largement de ces sujets qui peuvent vous paraître décousu, mais qui ne le sont peut-être pas…

 

Le responsable des Lutins

Vous avancez à reculons. Le texte ayant servi de référence à cet article est antérieur de plusieurs mois à la prise de position de tous nos hommes politiques sans exception qui ont tous condamnés le procédé de fracturation  hydraulique des roches avec un bel ensemble qui mérite d'être souligné tant le consensus en politique est rare. Avec des articles comme celui que vous venez de faire paraître vous invalider le rôle de la classe politique qui est je vous l'accorde parfois versatile mais tout de même pas à ce point lorsqu'il s'agit de l'avenir de notre environnement. De plus vous porter à croire que l'on ne peut se passer du gaz pour redresser nos comptes. Je suis sincèrement désolé de me voir affublé par vous du terme provocateur mais pardonnez-moi de vous dire qu'avec une vulgarisation de l'information décousue et chronologiquement inadaptée comme la vôtre nous allons droit dans le mur

 

J'ai mal dormi à cause de vous et pour cette raison je reviens vers vous avant votre réponse éventuelle. Oui décidément votre revue semble avancer à reculons. Si seulement c'était pour mieux sauter mais voilà 3 ans que j'y suis abonné et que je mesure la lenteur de sa progression. Il serait temps maintenant d'aller à l'essentiel et de réaliser que pour chauffer les locaux d'habitation il suffit de faire du chaud quand il fait froid rien de plus si ce n'est de le faire dans de bonnes conditions de performances. Il y a deux ans lorsque j'ai vu arriver dans votre revue des machines thermodynamiques capables de générer des températures à la source chaude de 90 °C avec le CO2, le fluide par lequel le mal arrive, ma première réaction a été " tient voilà une machine à générer de la chaleur intéressante puisqu'elle peut le faire aussi bien sinon mieux que la combustion". Ceux qui s'intéressent à ces systèmes savent  pourtant et CFP probablement mieux que quiconque, que ce n'est pas en creusant l'écart de température entre la source chaude et la source froide que l'on améliore les  performances de la pompe à chaleur. C'est la raison pour laquelle je me demande quel peut être l'intérêt de faire état dans votre dernière revue de température  à la source chaude de 120 voire 140 °C ? Voulez-vous alimenter les radiateurs des locaux à chauffer avec de la vapeur surchauffée? Non il devient urgent de se consacrer principalement à ce qu'il est nécessaire de faire pour réduire la douloureuse en diminuant notre consommation en énergie primaire et ceci sans nuire à notre confort de vie voire en l'améliorant. Il est temps de consacrer un peu plus de temps à ce qui se passe à la source froide de ces systèmes et non à ce qui se passe à la source chaude. C’est bien là que va se jouer l'avenir du chauffage thermodynamique. Là où se situe toute la diffère entre le chauffage conventionnel électrique à effet Joule et un mode de chauffage moderne et économique. N'est-ce pas là que « Dame nature » accepte généreusement de nous donner ce que nous refusons obstinément de prendre.   C'est là qu'EDF pourrait concentrer son énergie plutôt que de perdre son temps à essayer d'inventer ce que les autres utilisent depuis longtemps. La guerre de l'énergie ne peut continuer indéfiniment et j'appelle de tous mes voeux à une collaboration entre le gaz et l'électricité. J'appelle aussi de tous mes vœux au bon sens et à une collaboration technique horizontale intelligente entre les pays européens seul façon selon moi de sortir  de l'ornière. Si la RT2005 pouvait faire oublier son erreur passée en exploitant bien tardivement les calories des eaux usées dans le cadre d'un réseau d'alimentation en eau disons tiède de la source froide, pourquoi pas?

Bien à vous

 

CFP

Vous l'aurez compris, les machines thermodynamiques très haute température sont – pour l'instant – des équipements en développement et quasi-exclusivement destinés à la récupération d'énergie en industrie… et à usage de l'eau chaude produite en industrie. Mais ce sujet est actuellement très en pointe, notamment dans le cadre des réflexions sur "la ville intelligente". Je dis plus haut "pour l'instant" et "quasi-exclusivement", car je vois se développer des compresseurs – de toutes technologies, tels scroll, à sustentation magnétique ou à vis "traditionnelle" - qui, mis en locaux techniques urbains, pourraient peut-être demain remplacer les chaufferies collectives. Je crois qu'EDF développe ce type de concept aux Renardières. On connait ce genre d'installations pour la production de froid (à Paris, à Montpellier…), mais la chaleur haute température collective issue de machines thermodynamique tente une percée (Carrier a implanté quelque chose de ce genre dans une ville du sud-ouest, mais le maître d'ouvrage empêche toute visite). En associant haute température, cop élevé et exploitation optimale des calories sur les réseaux de chaleur (des circuits avec une eau en entrée à 90 °C, et au retour à 30 °C, comme cela se pratique en Scandinavie avec de mini-stations d'échange d'appartement que proposent déjà plusieurs fournisseurs), des champs d'utilisations s'ouvrent. Ces solutions concurrencent les chaufferies gaz (pas d'émissions de CO2 et NoX), les chaufferies bois (on évite le trafic routiers pour l'approvisionnement, les problèmes de fumées et d'évacuation de cendres, de taille des équipements). Tout cela pour dire que je ne m'interdirais pas de parler des sources froides élevées, parce que cela peut aussi fonctionner et que cela va peut-être se développer.

Evidemment, les pompes à chaleur sont merveilleuses quand la température de la source froide est plutôt basse et proche de la température de fluide distribué adapté à un usage "basse température" (30 à 35 °C). Convenez-en : c'est là une situation bien idéale. Début février dernier, par grand froid, nombre de convertis à la PAC ont – du coup – très mal dormi soit parce que leur nouveau générateur ne leur fournissait qu'une température intérieure de 15, voire au mieux 17 °C, soit parce que la résistance d'appoint avait emballé leur compteur EDF… Vous le reconnaissez vous-même : on a, au cours de ces dernières années, fait des pas en avant importants en matière énergétique. Cette aventure ne se poursuit pas en belle ligne droite. On franchit des seuils – cf. les différentes réglementations thermiques – ; les industriels et les ingénieurs ont beaucoup fait évoluer les choses ; la collaboration entre les métiers met du temps, mais se met en place… Et, jetez un léger coup d'œil dans le rétroviseur, les entreprises de bâtiment ne pratiquent globalement plus leur métier comme il y a une dizaine d'années (je sais, vous me trouverez des tas de contre-exemples…). Comme vous le dites : la progression est lente. Je le déplore aussi au regard des innovations mises sur le marché, des solutions apportées par les bureaux d'études et uniquement envisageables par des maîtres d'ouvrages plutôt audacieux. Et il faut aussi composer avec le "tuilage" des technologies : pendant que les Pac se développent, les chaudiéristes créent des matériels très peu chers et performants (bientôt de la condensation à moins de 2 000 € - je sais, la durée de vie…) ; les nouvelles solutions sont, elles, vendues à des prix parfois élevés, notamment en raison de l'existence d'aides fiscales… Le bâtiment n'est pas comme l'automobile où, par directive, on décide sur le territoire de l'Europe de hausser régulièrement les caractéristiques des moteurs. Le renouvellement relativement rapide du parc fait le reste. Comparez la consommation d'une berline familiale de la fin des années 60 et son équivalent d'aujourd'hui, ça ne souffre pas de commentaires. Dans le bâtiment, le neuf représente 1% du parc, et les chantiers de rénovation thermique sont encore peu nombreux. Les réglementations – européennes ou nationales – se fondent sur des projections à 2050 pour renouveler le parc ; le temps fait aussi parti des données du sujet. Vous dites recul ; je dis diversité et peut-être même convergence. Tout cela semble aller dans tous les sens, mais j'essaie – mais selon vous, sans y parvenir – de montrer le foisonnement que ces démarches provoquent. Je reviens rapidement ici sur le cas du gaz de schiste. Je veux souligner  que le débat est loin d'être clos, même si une unanimité s'est exprimée à la veille des présidentielles. Le fait de savoir qu'il y a peut-être en France plus de gaz qu'en Algérie donne à certains l'occasion de s'exprimer très ouvertement dans certaines réunions… Je sais que cela vous déplaira, mais des propos sont tenus devant des assemblées et je me dois de les retranscrire pour les lecteurs. Cet article sur les gaz de schiste n'est pas une prise de position mais une présentation factuelle d'un document bel et bien divulgué fin mars. Il recoupe beaucoup d'opinions émises par les énergéticiens. Je perçois votre sensibilité, je comprends vos vœux, mais je dois brutalement vous dire quelque chose que vous allez détester : je ne milite pas, je rapporte. Le ton de l'édito vous a certainement troublé : c'est aussi l'exercice pour cette page. Sachez que j'apprécie ces échanges avec les lecteurs, et que je suis désolé de perturber votre sommeil.

Très cordialement.

 

Le responsable des Lutins

Le responsable des Lutins est heureux d'apprendre que les machines thermodynamiques très haute température sont des équipements en voie de développement. Il est par contre préoccupé par le fait qu’elles seraient selon CFP exclusivement destinées à la production d'énergie thermique pour les besoins industriels sans que le domestique ne profite de ses avantages. Il a bien compris que votre mission se borne à rendre compte de ce qui pourrait se faire et des évolutions probables et il le regrette convaincu que l'expérience que vous avez de l'énergie thermique devrait vous autoriser - à défaut de militer  - de faire des propositions voire des recommandations

Le responsable des Lutins  estime en tout cas que cette orientation est plus intelligente que de perdre son temps à évoquer les centrales calogènes tirant leur énergie du nucléaire vu les risques encourus en région urbaine, ou même de vouloir imiter la Suisse avec le chauffage urbain tirant son énergie de la combustion des ordures étant donné notre retard dans ce domaine et le coût d'une centrale de cogénération.  Notre responsable estime que vous avez raison d'évoquer le chauffage thermodynamique présentant l’avantage de refroidir notre environnement, il estime aussi que vous avez raison de laisser de côté la combustion qui le réchauffe et également de laisser sous silence les grosses piles à combustibles compte tenu de leur complexité. Il y a tellement de solutions pour résoudre notre problème de chauffage urbain que la tête nous tourne et que nous ne savons même plus dans quelle direction évoluer. Est-ce selon vous  ce foisonnement de solutions techniques envisageables qui explique l'immobilisme actuel? Voilà une question que l'on est en droit de se poser. Les compresseurs scroll, que vous évoqués sont un exemple de ce foisonnement. Ne pensez-vous pas que la copropriété confiant dans leur robustesse pourrait envisager de les implanter dans ses nouvelles chaufferies ?  Cette implantation si elle devait se faire serait selon infoenergie.eu  le résultat de la carence des municipalités à raisonner collectif pour le plus grand bien de leurs administrés. Municipalités qui n’ont pas encore perçu tout l’intérêt qu’elles pourraient retirer de l’implantation de gros générateurs de chaleur thermodynamique utilisant des pompes à vis de forte puissance et l’eau des fleuves ou les nappes libres de leur sous-sol. Il faut dire qu’on ne le leur a probablement pas expliqué.  De même qu'on ne leur a pas expliqué que les rivières qui les traversent constituent une formidable réserve d'énergie renouvelable ce qui est bien regrettable  compte tenu de l’importance de l’enjeu. A côté de ces certitudes la notion de secret que vous évoquez avec Carrier et l’attitude de tels Maitre d’ouvrage semble bien dérisoire. Aussi dérisoire - pour ne pas dire ridicule-  que de vouloir centraliser au Qatar toutes les tentatives de chauffage renouvelable réalisées en Europe. Vu les progrès de la technique,  il n’est pas indispensable maintenant que la température de la source froide des pompes à chaleur soit à ce point proche de la température de la source chaude  pour qu’elles soient comme vous le dites « merveilleuses ».  Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire avec cette résistance d'appoint qui avait emballé leur compteur EDF mais si, par suite d’une insuffisance au niveau de l’étude, le dimensionnement de la PAC était à ce point inadapté au besoin thermique de l'habitation à chauffer, il ne faut pas qu’ils se plaignent qu’ils ont mal dormi parce que leur nouveau générateur thermique ne leur fournissait qu'une température intérieure de 15°C avec un COP déplorable.

Convenez que malgré tous nos efforts pour aller en ligne droite, il a  eu trop de méandres. Reconnaissez aussi que  nous nous sommes embourbés dans les détails. Nous avons en effet franchis quelques seuils mais nous n’avons pas su fédérer à un niveau suffisant les différents et nombreux corps de métier en charge de ces systèmes. Quant à la guerre de l’énergie que vous avez évoqué récemment dans une de vos revues,  je crois me rappelez que vous la déplorée. Elle en tout cas toujours présente à l’état latent. On était pourtant en droit d’espérer avec la libéralisation de l’énergie que celui des deux concurrents en lice qui fournit à la fois du gaz et de l’électricité, fasse cohabiter ces deux fluides au sein d'une même chaufferie. Il n'en a malheureusement rien été. Lorsque l'on évoque ce sujet avec un fabricant de PAC à absorption on comprend très vite que des intérêts financiers puissants viennent freiner la nécessaire mutation vers les énergies renouvelables. Orientés qu’ils sont vers le tout gaz, vous avez beau expliquer à ces fabricants qu'il n’est pas raisonnable de mettre tous les œufs dans le même panier alors que le besoin thermique pourrait être satisfait dans de bien meilleurs conditions en utilisant le gaz ou l’électricité selon les conditions climatiques et au mieux des performances de la chaufferie, la réponse ne se fait pas attendre : je ne peux rien pour vous…… Comme vous laisser entendre la responsabilité de s'orienter vers une solution plus équilibrée est alors laissée à quelques Maîtres d’ouvrage que vous qualifiez d’audacieux. Audacieux le mot n’est-il pas un peu trop fort lorsqu’il s’agit seulement de générer de la chaleur collective alors que cela se fait dans l’individuel depuis une trentaine d’années ?  Ne saurait-on pas utiliser les facteurs d’échelle qui permettent d’extrapoler un équipement de 20 kW vers un de 300 kW ? Audacieux le mot n’est-il pas trop fort alors que les assureurs mettent enfin en place des dispositifs assurant la protection du Maître d’ouvrage au cas où le Maître d’œuvre ne respecterait pas totalement ses engagements ? Vous évoquez à juste titre le prix relativement bas et les bonnes performances d’une chaudière gaz à condensation nouvelle génération. Vous manifester des signes d’inquiétude quant à sa fiabilité. Vous avez certainement raisons sur ces deux points. Mais ne sont-ils pas (ces deux points) une raison supplémentaire pour tenter de faire cohabiter les deux fluides que sont le gaz et l’électricité au sein d’une même chaufferie pour le plus grand bien de la copropriété ou des municipalités.  Cette cohabitation doit naturellement tenir compte du fait qu'il faut oublier le fonctionnement en bivalent  parallèle tel que le décrit Jean Lemale dans son livre sur la géothermie en profitant de la complémentarité de ces deux fluides. Le sentiment des Lutins concernant les aides fiscales est un peu le vôtre : elles aident certes à financer l’investissement mais elles sont une opportunité pour les fabricants de majorer le prix de leur fourniture au-delà du seuil condamnant la production de masse. Une phrase de Barak Obama  me revient à l’esprit ; « il faut créer les conditions qui rendent l’aide inutile », nous en sommes loin. Notre système fiscal est pourtant déjà organisé pour faciliter cette nécessaire mutation  vers les ENR . Faut-t-il rappeler que l'électricité est facturée aux industriels européens  deux fois moins chère qu'elle ne l'est aux particuliers?  Les municipalités n'ont pas pris conscience des avantages qu'elles pourraient retirer de cette situation pour financer les infrastructures indispensables à cette mutation comme par exemple le réseau d'eau non potable libérant á la fois les Maîtres d'œuvre et d'ouvrage de bien des soucis. Vous évoquez la différence de consommation entre une berline des années 60 et son équivalent aujourd’hui. Cette différence est certes significative et nous sommes maintenant relativement éloignés des 150 g/CV heure, cependant la différence est moins grande à ce niveau qu’elle ne l’est entre les performances théoriques du chauffage thermodynamique et les résultats pratiques actuels. Il y a de multiples raisons pour expliquer cette différence. Ce qui me déçoit dans votre revue est que cette question pourtant  essentielle - puisqu'elle conditionne le pourcentage d'ENR prélevé dans notre environnement par rapport à l'énergie primaire consommée - soit si peu souvent abordée. Certes il faut laisser du temps au temps. Le temps fait partie intégrante de ces problèmes de rénovation thermique et la base temps pour les résoudre est on le constate de  5 ans.  

-          5 ans, c'est le temps qui semble nécessaire pour  qu'un pourcentage suffisant de doubles vitrages soit  mis en place par les copropriétaires rendant possible l'adjonction d'un complément ENR plus performant au chauffage gaz

-          5 ans,  c'est le temps qu'il va falloir aux assureurs pour qu'ils nous concoctent une assurance qui couvre le risque qu'encoure le Maître d'œuvre dans l'éventualité où le Maître d’ouvrage ne respecterait pas ses engagements en termes de COP (performance de la pompe à chaleur).

-          5 ans, c'est probablement  le temps qui sera encore nécessaire pour que les progrès effectués sur ces systèmes dans le collectif soit tels qu'il n'y ait plus aucun risque pour l'assureur retenu lors de la signature du  « Contrat de performance »  (CPE) 

-          5 ans,  c'est à compter d'aujourd'hui le temps mis à la disposition des copropriétés et de leur Syndic pour élaborer "l'audit énergétique obligatoire" 

-          5 ans c'est sensiblement le retour sur investissement d'une rénovation énergétique bien élaborée

-          5 ans, c'est sensiblement la période qui a vu doubler  le prix des énergies primaires fossiles type fioul et gaz

-          5 ans c'est aussi le rythme du quinquennat électoral

J’ai bien compris que vous ne militez pas et que vous vous contentez de rapporter et je le regrette. D’autant qu’au fond de vous-même je sens que vous êtes comme un électron libre. Je n’ai pas l’intention d’élever plus haut qu’il ne convient notre débat convaincu qu’il n’y a pas de meilleure méthode pour le perdre de vue mais une phrase du secrétaire général de l’OCDE me semble importante : Pour coordonner les politiques publiques, il faut selon lui mettre la priorité sur 5 points décisifs :  Le climat (notion englobant probablement la qualité de notre environnement), la pauvreté, la dette, la mesure du progrès et les monnaies. Je n’ai pas compétence pour la monnaie mais je constate que le chauffage thermodynamique respecte les 3 premiers points et modifiant la perception que nous avons du progrès.

Je ne suis pas certain que l’exploitation du gaz de schiste tel que cela se pratique aux USA en fasse autant. Les Lutins font en tout cas le vœu que l'Europe choisisse une voie moins pénalisante pour son environnement et différente de celle des USA pour relever ses comptes publics

 

Réaction d’un lecteur concernant les propos tenus par

Balendard citoyen lambda et le responsable des Lutins thermiques

relatifs aux  premiers entretiens de mai 2012 entre

la Chancelière allemande et notre nouveau Président

 

 

Je suis très heureux de voir que les lutins thermiques, dont les préoccupations et l'engagement en matière environnementale sont remarquables, suivent de près les discussions qui ont lieu entre la France et l'Allemagne. Mais pour permettre à notre nouveau Président de mettre en œuvre une modification réelle des orientations politiques que sont nécessaires et que les lutins thermiques approuvent, je conseille vivement à leur interprète Balendard de voter pour la gauche socialiste ou mieux pour le front de gauche lors des élections législatives les 10 et 17 juin prochain afin de donner une majorité parlementaire au nouveau président, faute de quoi, les lutins pourront se rendormir pour longtemps, très longtemps. Je pense que les lutins thermiques ne doivent pas être des observateurs-commentateurs cachés derrière des vitres isolantes et , l'abri des responsabilités. De ce vote dépend le choix de leur député et de leur avenir.

 

René Grossmann

 

 

Réaction de Jean Marc Lenoir aux propos d'un Lutin sur la dangerosité de la croissance

 

Cher ami,

J'ai bien reçu la prose du 01/01/2006 d'un lutin d'un lutin très profond qui met en évidence la difficulté des études prospectives.

Il faut reconnaître que les données du passé ne sont pas toujours faciles à interpréter.

 

Pour  exemple des sujets de réflexion qui pourraient être universels :

 

«La journée de travail»  
Au cours de l'histoire le contenu d'une journée à beaucoup variée ainsi que sa rémunération en numéraire et en nature ainsi qu'en prestation immédiate et à long terme.

 

"Le prix de l'or, de l'argent et en général des matières premières"
dont les valeurs relatives évoluent dans le temps par exemple : quelle était les prix du fer ou de l'aluminium il y a mille ans ? Quel seront le prix du silicium de qualité électronique ou de l’uranium  dans 1000 ans?

Pour ces graves questions les Lutins ont de toute évidence besoin de se rapprocher des personnes compétentes de  l'OCDE. 

Les Lutins très perspicaces  pourraient aussi se souvenir que les asservissements dit du premier ordre ne sont souvent qu'une approximation.

Les asservissements parfois du 2ème ordre voir plus sont en pratique le plus souvent non linéaires et nécessitent la connaissances des exponentielles et des nombres imaginaires dont les résultats sont hélas parfois bien réels (Voir la méthode de Machiavel)

 

Une multitude de questions angoissantes se posent :

1.     ·         Comment rendre compatible les « Croissez et multipliez» de la bible avec les théories de Malthus?

2.     ·         Comment promouvoir les philosophies alternatives avec les théories économiques enseignées?

3.     ·         Comment promouvoir l'entre-aide avec l'individualisme ambiant?

4.     ·         Comment vivre en copropriété alors que les propriétaires se comportent comme des usufruitiers ou le chacun pour soi a remplacé le plaisir de vivre ensemble?

5.     ·         Comment gérer le collectif alors que les individus veulent tout tout de suite en privilégiant le  « après moi le déluge » et en ignorant le long terme?

Jean-Marc et Isabelle

 

Réaction d’un responsable syndical à une proposition de collaboration technique dans le cadre d’un « audit énergétique »

 

Bonjour Monsieur GROSSMANN.

Je viens de survoler la doc et votre étude. Je vous remercie de me les avoir communiquées, je dois approfondir cet examen un peu rapide. J'ai été très intéressé et j'ai beaucoup apprécié l'esprit de tout cela que je partage entièrement. Malheureusement beaucoup de personnes, y compris dans notre copropriété vivent dans l'illusion. Leur réveil en sera plus brutal, quand j'entends dire" nos charges de copropriété ne sont pas plus élevées qu'ailleurs", ils n'ont pas compris qu’ailleurs elles sont aussi trop élevées.

Je crois que nombreux seront les copropriétaires qui feront les travaux de fenêtres. je regrette que cette opération n'ait pas été prévue pour être collective et étudiée sous tous ces aspects y compris un financement approprié. Je me réjouis que vous soyez disposé à y collaborer.

Tous les locaux sont chauffés par des radiateurs, pour répondre à votre interrogation. J'aimerais avoir votre opinion sur ce qui suit : Mon petit fils ainé, centralien en année de césure, fait actuellement avec deux copains (un autre centralien et un cameraman) un périple en Asie pour promouvoir l'entreprenariat social. Il est très intéressé par le développement durable les énergies renouvelables. Il a prévu de faire ce type d'étude dans une université berlinoise.

Avez-vous des informations sur ce qui se passe à BERLIN sur ce sujet et une université à conseiller plutôt qu'une autre?

Merci. Bien cordialement.

V. TAUZIN

 

Réaction de Hervé Kempf rédacteur au journal "Le Monde "

aux propos des Lutins thermiques sur les grandes métropoles, le réchauffement climatique et Cancun

 

Merci de votre message, amicalement. 
Hervé K.

 

Mails envoyés par Balendard aux acteurs potentiels de notre rénovation énergétique
On dit « Tout est question de volonté »  mais vu le temps qu’il faut pour convaincre en matière d’énergie,
il n’y a probablement que les anglais qui peuvent y arriver

 

 

Courrier à l'attention de Sylvain Thelliez  Professeur  d'automatisme au CNAM

 

Bonjour Sylvain

 

Un petit retour vers vous après de nombreuses années. Le temps a passé depuis cette période où passionné de servopompes j’assistais à vos cours magistraux. Je commence à vieillir et j'ai certainement perdu un peu la main. La transformée de Laplace et les nombres imaginaires s'estompent pour moi petit à petit. Aussi je serais très heureux si vous acceptiez de jeter un coup d'œil sur l'étude que j'ai réalisée concernant un immeuble et sa chaufferie en régime transitoire. (Voir pages 140 et 189 de mon livre sur l'énergie et la chaleur renouvelable)

Cela a l’air de coller physiquement mais voilà un bien curieux résultat que celui qui conduit à une simple fonction linéaire du premier ordre...

Je n'ai pas revu Georges depuis environ un an mais j'ai rencontré son frère Pierre mon ami canoéiste qui a été aussi mon patron pendant quelque années et qui est aussi "Gatzar " il va bien

 

J'espère que vous "allez bien" également  et je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

Bien cordialement

Jean Grossmann

 

Lien pour accéder au livre sur la chaleur renouvelable

http://www.infoenergie.eu/chargement/LA-CHALEUR-RENOUVELABLE.pdf

 

 

Mail envoyé à Mr Gregory Lavoué  Responsable du pôle particulier et conseiller en énergie

 

Bonjour Monsieur Lavoué

Vous m’aviez demandé de vous tenir informé au sujet de l’avancement de notre projet, aussi je vous envoie quelques informations sur ce que nous avons l’intention de faire.

Cela a pris du temps,  je vous l’accorde, mais nous commençons seulement à bien comprendre comment nous consommons l’énergie dans notre immeuble.

Nous avons beaucoup de mal à faire passer le message avec Monsieur Lenoir mais il faut se rendre à l’évidence : avec une consommation sensiblement supérieure à 6 litres de fioul à l’heure en été lorsque la chaufferie actuelle n’assure que la fourniture de l’ECS, la répartition des énergies utiles entre le chauffage est catastrophique. Compte tenu de notre consommation moyenne annuelle en fioul de 120 m3, elle s’établit ainsi :

sensiblement la moitié de l’énergie délivrée est pour l’ECS (6 x PCI x 365 x 24 = 525 000 kWh) l’autre moitié pour le chauffage. Outre des considérations écologiques, c’est pour cette raison que notre intérêt est d’inclure un complément ENR dans notre chaufferie nous permettant d'évoluer prochainement vers une chaufferie hybride gaz électricité.  Ceci sous la forme d’un PAC eau eau sur nappe à compresseurs.

Outre la difficulté de convaincre que ce qui précède est la triste réalité, un autre point m’inquiète : le conservatisme et la grande difficulté pour arriver à un consensus. Que d’obstacles à franchir pour faire avancer les choses…

Nous envisageons de commander prochainement les chaudières à la société française Dedietrich familiarisé avec le « Tout gaz » et la PAC à absorption en espérant que leur compétences leur permettra de collaborer efficacement au niveau de l’interface entre le complément ENR et le gaz. J’ignore la qualité des relations que vous entretenez avec le Président de l’Ademe Mr Bruno Lechevin.

Si vous pensez que notre travail peut l’intéresser, je vous serais très reconnaissant de l’informer de ce qui précède et des liens qui suivent.

Cela peut éventuellement l’aider tant il devient évident que le « tout gaz » dans lequel nous sommes en train de nous enfoncer est une erreur comme l’a été le « tout électrique » des années qui ont suivies la RT 2005.

 

Bien cordialement
Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé à Mr Yves Brunschwick.  Président de la Chambre Syndicale des Propriétaires et copropriétaires de Boulogne et de sa région (CSPIB)

 

Bonjour Monsieur Brunschwick

Vous connaissez maintenant mon intérêt pour le poste génération thermique. 

Je me permets de vous faire parvenir à toutes fins utiles copie du mail que je viens d’envoyer à Mr Lavoué 

Concernant le taux de facturation de l’électricité aux syndics et répercuté aux copropriétaires pour les parties communes notamment pour l’électricité consommée au titre des ascenseurs,

nous nous sommes rendu compte avec Monsieur Lenoir que celui-ci était extrêmement bas et proche du prix de revient (environ 33 cts d’€ le kWh)

Soit un prix sensiblement 3 fois plus faible que le prix du kWh facturé pour l’éclairage.

Cela ne va peut-être pas durer et l’on a du mal à fixer un cap tant la fiscalité change sans préavis ce qui interdit tout raisonnement financier à long terme.

Nous savons que vous êtes à la défense des intérêts des copropriétaires de Boulogne et nous aimerions avoir votre réaction sur ce qui précède.

 

Bien cordialement
Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé à Monsieur Coupé   Responsable de notre copropriété 15 rue Vauthier après du syndic Scholer à Boulogne Billancourt

 

Bonjour Monsieur Coupé

Nous regrettons votre absence lors de la réunion tenue en vos bureaux mercredi 18 décembre 2013

Notre conseil syndical souhaitait en effet obtenir de votre part quelques informations au sujet du transformateur EDF situé sur notre terrain et sa puissance. Nous voulions en effet vous confier la mission de prendre contact avec l’EDF pour qu’il vérifie la capacité de ce transformateur à alimenter deux ou 3 moteurs asynchrones de faible puissance assurant l’entraînement des compresseurs de notre futur pompe à chaleur.

Nous souhaitions aussi vous demander de prendre en charge nos relations futures avec EDF en vous demandant de négocier avec eux le taux de facturation de l’électricité destiné à l’entraînement de ces moteurs.

 

Veillez trouver ci-dessous copie du mail que nous envoyons ce jour à ce sujet à Mr Brunschwick Président de la CSPIB

 

Bien cordialement

Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé  à Monsieur Lemale  Expert en géothermie

 

Bonjour Monsieur Lemale 

Je me réfère à votre visite pendant le mois de février 2013 sur Boulogne Billancourt.

Nous avions parlé à l’occasion de votre venue et en présence de Mr Percebois directeur technique de Waterkotte de l’implantation éventuelle d’une chaufferie hybride pour un gros immeuble sis à Boulogne Billancourt.

Malheureusement, en raison d’un conservatisme pesant le projet a évolué trop lentement  à mon goût.

Malgré l’avis favorable du CS pour considérer ce complément ENR basé sur une PAC eau eau sur nappe comme une étape valable et souhaitable, l’AG n’a accepté de s’engager pour l’instant que pour la première phase : le gaz

Autrement dit la chaufferie « dite hybride » ne comprendra dans un premier temps que l’interface permettant de faciliter l’adaptation ultérieure de la PAC, sans plus. Que d’obstacles à franchir pour faire avancer les choses.

Un obstacle à venir pourrait bien être cette guerre fratricide entre le gaz et l'électricité qui risque de nous empêcher de profiter de la complémentarité de ces deux fluides. Nous avons par exemple l’intention de choisir Dedietrich société française pour les chaudières gaz mais qui nous dit que cette société va jouer le jeu de la collaboration si nous procédons en deux étapes.

A toute fins utiles je vous mets en copie du mail que nous leur faisons parvenir ce jour.

Je vous serais reconnaissant de prendre un peu de votre temps pour prendre connaissance du travail effectué pour définir les grandes lignes de notre projet.

Au fur et à mesure que les obstacles se sont accumulés le document a grossi et s’est transformé petit à petit en un livre de plus de 400 pages !

 

Bien à vous et bonne fêtes de fin d’année

Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé à Bonjour Monsieur Fontaine    Formateur et responsable de la recherche à l’INSA

 

Bonjour Monsieur Fontaine

Lors de ma dernière visite à Strasbourg en présence de Mr Angel vous m’aviez montré les bancs d’essais de l’INSA.

L’un de vos bancs concernant la combustion étant équipé de chaudières Dedietrich, je me permet de vous mettre en copie du mail que je leur envoi ce jour même.

Après avoir effectué une étude préliminaire de cette chaufferie hybride, je suis de plus en plus convaincu que ce type de chaufferie présente beaucoup d’intérêt.

Merci bien de demander à Mrs Angel et Mr Flament de prendre un peu de leur temps pour prendre connaissance du travail effectué.

C’est un ingénieur de notre école qui a été désigné comme Maître d’œuvre pour finaliser cette affaire.

 

Bien cordialement et bonnes fêtes de fin d’année

J Grossmann   Promo 56-60

 

 

Mail envoyé  à Mr Jean François Magnani   Président de la SNIPF

 

Bonjour Jean François

Je te mets en copie par amitié.

Je souhaiterais en effet que les quelques décennies que nous avons passé ensemble à servir la société OILGEAR ne meurent pas totalement.

Cette société tu le sais, je l’ai aimé et servi avec fidélité.

Rien n’illustre mieux à mes yeux ce qu’elle représente pour moi que ce qui lui sert encore de logo    « L’assurance de la performance »

 

Amicalement

Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé à Mr Servat    Ingénieur commercial chez Dedietrich

 

Bonjour Monsieur Servat

Suite au départ de Mr Bailleul que nous avons déjà rencontré pour nos chaudières, je vous confirme que nous allons prendre notre décision vers le 20 janvier en ce qui concerne les fournitures rentrant dans notre future chaufferie.

Notre préférence irait vers vos chaudières et votre régulation Diematic. Il y a toutefois un point important. Celui-ci concerne l'adaptation dans notre chaufferie d'un complément ENR nous permettant d'évoluer prochainement vers une chaufferie hybride gaz électricité. Nous avons retenu pour cela une PAC eau eau sur nappe à compresseurs. Ce mail a pour objet de vous sensibiliser sur le fait que notre préférence ira vers le fournisseur acceptant de collaborer à l'interface entre les deux systèmes.

Notre sentiment est que dans l'intérêt de tous, il est temps d'arrêter cette guerre fratricide entre le gaz et l'électricité et de profiter de la complémentarité de ces deux fluides. Nous espérons votre collaboration pour notre projet et espérons vous lire ou vous entendre avant de prendre notre décision. Ceci soit par votre canal ou au travers de Mr Thierry Nille nouveau Président de l'AFPAC et ancien responsable marketing de votre société.

 

Bien cordialement
Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé  à  Mr P.C Baguet    Maire de Boulogne Billancourt

 

Bonjour Monsieur le Maire

Je réside à Boulogne Billancourt 15 rue Vauthier.

Suite aux soucis que vous avez rencontré fin juin 2013 rue Gutenberg lors de la rupture d'une canalisation d'alimentation en gaz j'ai pensé qu'il fallait que je vous informe de notre projet de Chaufferie hybride. Nous avons eu de la chance que cet incident survienne pendant l'été et l'on imagine les conséquences en ce qui concerne la pérennité du chauffage si celui-ci était survenu pendant l'hiver. Une chaufferie hybride qui peut tirer son énergie du gaz ou de l'électricité permettrait d'assurer la pérennité du chauffage en cas d'incident de cette nature

Elle présente d'autres parts de nombreux avantages qui sont décrits dans le livre et dans les documents joints en annexe

Voilà plus de cinq ans que je travaille sur ce sujet et que j’espère, dans l’intérêt de tous, le faire aboutir.

 

Bien cordialement à vous et bonnes fêtes de fin d’année

Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé Mr Dhont   En charge de l’énergie à l’ARC

Bonjour Monsieur Dhont

Le temps a passé depuis que nous nous sommes rencontrés rue Joseph Python. Le grand tableau avec les valeurs des DJU que vous m'aviez communiqués à l'époque m'ont été bien utile. Depuis, des sociétés comme Sofratherm ont repris à leur compte vos travaux avec un petit programme qui m'a permis de calculer les DJU entre deux dates et de définir quelle est la puissance utile de notre chaufferie en fonction de la consommation de fioul entre ce dates. Sans votre aide, la méconnaissance des DJU ne nous aurait pas permis de faire cette estimation qui a pour nous une grande importance du fait de l'évolution prévue de notre chaufferie vers les ENR et une chaufferie hybride. Nous souhaitons en effet faire cohabiter deux fluides le gaz et l'électricité au sein d’une même chaufferie ce qui demande de connaître le niveau de puissance avec plus de précision que par le passé.

Si la nature de notre travail vous intéresse, vous pouvez prendre connaissance du travail effectué au travers des documents accessibles à partir des liens ci-dessous.

Bien cordialement à vous et bonnes fêtes de fin d’année à l’ARC
Jean Grossmann

PS  Pour info je vous signale que j’ai rencontré Monsieur Pelletier Président du plan Bâtiment durable à l’une de vos réunions.
Bien que je ne le connaisse pas personnellement je me suis permis de le tenir au courant de nos projets.

 

 

 

Mail envoyé à Mr Pelletier  Avocat. Président du Plan bâtiment durable

 

Bonjour Monsieur Pelletier

Vous allez probablement juger qu’il n’y a rien de bien extraordinaire dans ce qui suit vu que vous êtes confronté journellement à ces problèmes.

Vous aviez fait un exposé sur le chauffage des bâtiments dans le cadre du Grenelle à l’occasion d’une réunion organisée par l’ARC.

C’est pour cette raison que je me permets de vous informer sur ce qui se prépare pour notre future chaufferie gaz-PAC.

Je suis ingénieur hydraulicien et j’ai effectué une étude préliminaire de cette chaufferie hybride.

Je suis maintenant convaincu que ce type de chaufferie utilisant deux fluides conjointement, le gaz et l’électricité, présente beaucoup d’intérêt et est parfaitement réalisable techniquement.

Par contre je suis très inquiet de la collaboration entre les techniciens maîtrisant chacune de ces deux techniques. Je vous serais reconnaissant de prendre un peu de votre temps pour prendre connaissance du travail effectué au travers des documents accessibles à partir des liens ci-dessous. L’ARC a ébauché dans son livre sur la copropriété édité par Vuibert en 2008 « les énergies renouvelables et la copropriété » et j’ai pensé que mon livre sur la chaleur renouvelable pouvait être un complément à leur travaux.

 

Bien cordialement à vous et bonnes fêtes de fin d’année

Jean Grossmann

 

 

Mail envoyé  à Mr Reinteau   Rédacteur en chef de la revue CFP

 

Bonjour Monsieur Reinteau

J’ai observé comme un frémissement au travers de vos derniers mensuels CFP. Surtout dans un tiré à part vers le chauffage thermodynamique et « l’imagination sans limite » qui m’a remonté le moral. Vu l’énergie que nous consommons dans notre immeuble pour générer notre ECS, votre supplément sur l’eau chaude sanitaire de juin 2013 ne pouvait pas mieux tomber !  C’est un peu pour cette raison que nous souhaitons inclure un complément ENR dans notre chaufferie nous permettant d'évoluer prochainement vers une chaufferie hybride gaz électricité. Ceci sous la forme d’un PAC eau eau sur nappe à compresseurs. Mais ce qui m’inquiète le plus c’est le conservatisme. Que d’obstacles à franchir pour faire avancer les choses… Si j’ai bien compris vous estimez comme moi que dans l'intérêt de tous, il est temps d'arrêter cette guerre fratricide entre le gaz et l'électricité afin de profiter de la complémentarité de ces deux fluides. Pour cette raison j’ai pensé que je me devais de vous envoyer quelques informations sur ce que nous avons l’intention de faire.

Une de nos inquiétudes est la capacité d’une société française comme Dedietrich familiarisé avec le « Tout gaz » et la PAC à absorption de jouer le jeu de la collaboration technique au niveau de l’interface. A toute fins utiles je vous mets en copie du mail que je leur envoi ce jour au cas où cela présenterait un intérêt pour votre revue que je lis toujours avec plaisir.

Au niveau du Président de l’Ademe, Bruno Lechevin que vous aviez interviewé, notre projet doit lui sembler bien banal. J’ignore la qualité des relations que vous entretenez avec lui mais si vous pensez que notre travail peut l’intéresser, je vous serais très reconnaissant de lui en envoyer une copie.

 

Bien cordialement et bonne fête de fin d’année
Jean Grossmann 

 

 

Mail à l’attention de Mr Percebois  Directeur technique Waterkotte

 

Bonjour Monsieur Percebois

Je me réfère à votre visite pendant le mois de février 2013 sur Boulogne Billancourt .

Nous avions parlé à l’occasion de votre venue et en présence de Mr Lemale expert en géothermie de l’implantation éventuelle d’une chaufferie hybride pour un gros immeuble sis à Boulogne Billancourt. Malheureusement, en raison d’un conservatisme pesant le projet a évolué trop lentement  à mon goût. Malgré l’avis favorable de notre conseil syndical pour considérer ce complément ENR basé sur une PAC eau eau sur nappe comme une étape valable et souhaitable, l’AG n’a accepté de s’engager pour l’instant que pour la première phase : le gaz. Autrement dit la chaufferie « dite hybride » ne comprendra dans un premier temps que l’interface permettant de faciliter l’adaptation ultérieure de la PAC, sans plus. Que d’obstacles à franchir pour faire avancer les choses…..

Un de ces obstacles pourrait même être dans le cadre de cet interface cette guerre fratricide entre le gaz et l'électricité qui risque de nous empêcher de profiter de la complémentarité de ces deux fluides. Nous avons par exemple l’intention de choisir Dedietrich société française pour les chaudières gaz mais nous nous inquiétons de savoir si cette société va jouer le jeu de la collaboration si nous procédons en deux étapes. A toute fins utiles je vous mets en copie du mail que nous leur faisons parvenir ce jour.

Au fur et à mesure que les obstacles se sont accumulés le document associé à cette affaire a grossi et s’est transformé petit à petit en un livre de plus de 400 pages !

Vous pouvez y accéder à partir des liens ci-après

 

Bien à vous et bonne fêtes de fin d’année

Jean Grossmann

 

 

 

Compliments

 

     Réaction d'un copropriétaire de notre immeuble après lecture du livre "La rivière et l'énergie"

 

Boulogne, le 18 novembre 2008

 

Cher  Monsieur Grossmann,

 

Votre livre est excellent et en plus de bien poser les problèmes, il fourmille d'éléments chiffrés instructifs. C'est la base de départ idéale pour l'étude à mener dans le cadre de la Copropriété pour définir la solution à adopter pour le problème du chauffage, de l'isolation (c'est-à-dire de la façade). Je le transfert à M Fillon, comme vous me l'aviez demandé, avec le CD inclus

 

Amicalement         Claude Pocard.

 

 

        Réaction d'une américaine au moment où Le Président Obama est élu

et ou les  USA s'apprête à ne plus devenir dépendant d'un approvisionnement en pétrole.

Jean
Ton livre est extraordinaire!  Evidemment, je n'ai lu que quelques pages, mais je me demande si tu l'a publié? 
Y a-t-il un URL  ou je peux acheter une copie?   J'ai essayé d'imprime une page  ..  mais le format PDF ne le permit pas.  Il parait que c'est un 'petit  livre' monumental!   Et maintenant, puisque le monde américain a tout  à fait changé, ce sujet va monter à la première étage d'importance  nationale (même que la reste du monde a, pour très longtemps,  reconnu son importance!)  Je veux bien le lire entièrement, mais c'est difficile, page à page sur l'ordinateur
Y a t-il autre moyen de l'envoyer? De toute façon, merci pour tes pensées.  C'est une nouvelle journée .. un grand aventure commence!

 Sara

 

 

Réaction du responsable de l’agence locale de l’énergie

de « Grand Paris Seine Ouest »  au projet rénovation thermique 

d'un immeuble sis à Boulogne Billancourt       

  Monsieur,

 Je viens de prendre connaissance de votre lien (très pertinent) concernant ce projet de rénovation thermique collectif.

 N’hésitez pas en effet à prendre contact à la suite de votre étude préliminaire afin d’échanger sur les dispositifs financiers existants.

 En restant à votre entière disposition, sincères salutations.

 

Grégori Lavoue responsable

 

 

Réaction du copropriétaire d'un immeuble voisin après lecture

du complément au livre "La rivière et l'énergie"

 

Bonjour Mr Grossmann,

 

Je vous remercie pour les deux messages reçus hier soir, et en particulier, la communication (confidentielle) de votre impressionnante étude thermique. 

J'en ai parcouru une partie mais vous ne m'en voudrez pas si je vous dis que je n'ai pas lu l'intégralité des 108 pages de cette étude. 

J'en retiens votre conviction affichée de la nécessité de passer des énergies fossiles aux énergies renouvelables, conviction que je partage comme tout un chacun, tout en déplorant que des intérêts financiers puissants viennent freiner cette nécessaire mutation. 

Vous argumentez en faveur de l'utilisation des eaux de rivière ou des nappes phréatiques pour chauffer les immeubles urbains, en installant des pompes à chaleur à eau.

Une telle solution n'a pourtant pas été envisagées pour notre copropriété, ni proposée par notre prestataire la SEC.

Peut-être cela se fera -t-il dans la copropriété de votre résidence ? 

J'ai pris le temps de visiter le site WEB que vous avez créé (si j’ai bien compris) : Rivières info.

J'ai apprécié la pédagogie de sa présentation et aussi l'humour qui transparait ici et là sur un sujet plutôt aride (Les Lutins thermiques).

Je comprends votre déception vis à vis des banquiers que vous avez contactés à ce sujet.

Il est vrai que leur profil ne les conduit pas à vous suivre dans votre argumentation scientifique, ... ils n'entendent parler que d'objectifs, de résultats et de profits immédiats. 

Je ne connaissais pas votre passion pour le Canoë-Kayak. Mes fils en font sur le Verdon et cette semaine ils y font du rafting.

 

Bon week-end.

Cordialement 

Michel Petitprez