Cette image montre comment les pompes à chaleur (PAC) modernes pourraient assurer le chauffage dans les villes en prélevant de l'énergie thermique renouvelable alternativement dans les fleuves ou les rivières qui les traversent sous réserve que leur régime soit non glacière. Ceci en améliorant la façon dont nous consommons actuellement l’énergie la plus chère : l’électricité.

L’image montre comment il peut être envisagé de prélever alternativement l’énergie thermique renouvelable alternativement dans l’air puis dans l’eau du fleuve. Ceci avec deux évaporateurs distincts tirant leur énergie de l’air pendant l’été lorsque la rivière est à l'étiage, et dans la nappe phréatique en liaison avec la rivière en période hivernale lorsque l'eau est abondante. Il serait ainsi  possible en combinant les avantages des  PAC à compresseur air eau avec celles des PAC à compresseur eau eau d’assurer le chauffage des immeubles en améliorant les performances de la pompe à chaleur.  Ceci  en adjoignant sur le circuit du fluide caloporteur de la pompe à chaleur une électrovalve 3 voies orientant le fluide caloporteur suivant la saison. La production d'énergie thermique renouvelable assurant le chauffage urbain dans l'ancien serait ainsi assurée au rythme des saisons :

 

1.     En hiver par l'évaporateur aquathermique E1  avec pompage de l'eau dans une nappe libre en liaison avec la rivière lorsque la nappe phréatique est au plus haut et ceci en améliorant les performances de la pompe à chaleur, le rendement n'étant pas affecté par le dégivrage, inconvénient de la PAC aérothermique en période hivernale,

 

2.   En été par l'évaporateur aérothermique E2  lorsque la rivière est à l'étiage avec un risque de manque d'eau.  La maintenance du dispositif de pompage dans la nappe libre (exhaure) serait ainsi faite pendant la saison chaude améliorant la pérennité du chauffage.

 

La PAC à compresseur arriverait ainsi à maturité avec l'assurance de la performance quel que soit la saison.

Le lecteur s’apercevra en prenant connaissance de ce site que cette chaîne énergétique qui parait attrayante pourrait encore être améliorée en alimentant les compresseurs de la pompe à chaleur avec de l’électricité d’origine solaire plutôt que nucléaire et aussi moyennant une collaboration entre les pouvoirs publics et les copropriétés,