Boulogne le 29 juin 2015

Lettre ouverte à : 

 

-         Manuel Valls Premier ministre français

-         Philippe Martin ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie

-         Denis Merville, Médiateur national de l’énergie 

-         Hervé Nifenecker. Président d’honneur de l’association "Sauvons Le Climat"

-         Bruno Lechevin Président de l’Ademe

-         Bertrand Delcambre Président du CSTB

-         Maja De Noyette Office Manager à l’European Heat Pump Association

-         Gérard Mestrallet  PDG d’Engie

-         Jean-Bernard Lévy PDG d’EDF

-         Philippe Pelletier Avocat. Président du Plan bâtiment durable

-         Yves Brunschwick.  Président de La Chambre Syndicale des Propriétaires et copropriétaires de Boulogne et de sa région (CSPIB)

-         Pierre-Christophe Baguet  Maire de Boulogne-Billancourt :

-         Jean François Magnani  Président de la Société Nationale des Ingénieurs Professionnels de France (SNIPF)

 

Madame, Messieurs

Selon l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), le secteur du Bâtiment est actuellement le plus grand consommateur d'énergie dans le monde et compte pour plus d'un tiers de la consommation totale d'énergie finale. Dès lors, on se demande  pourquoi on se laisse enfermer en France dans des systèmes de chauffage conduisant au  radiateur "tout électrique" qui rend l'aide indispensable ou au "tout gaz" qui conduit à la dégradation de notre environnement. A défaut d’un chauffage urbain basé sur la géothermie profonde qui tarde à venir pourquoi en effet vouloir à tout prix produire de l'électricité renouvelable plus onéreuse pour l’utilisateur et s'en servir ensuite pour alimenter des radiateurs électriques à effet joule peu performants en aggravant la précarité énergétique alors que l'on pourrait créer une saine concurrence entre le gaz et l'électricité au sein d'une même chaufferie en y associant le gaz avec la combustion et l'électricité avec le chauffage thermodynamique aquathermique*. Outre le fait que cette orientation permettrait de régénérer l'eau de nos rivières, ces chaufferies "hybrides" abaisseraient significativement le prix de l'énergie thermique rendue dans les logements rendant l'aide inutile, amélioreraient la pérennité des dispositifs de chauffage, et prépareraient nos sociétés à se passer des énergies fossiles pour se chauffer solutionnant pour partie le grave problème du réchauffement climatique. Le livre "La chaleur renouvelable et la rivière" prouve au travers d'un exemple pratique: Celui du chauffage d'une copropriété en région parisienne, que cette orientation est dès à présent possible et que les techniques sont prêtes.  L'AIE prévoyant que notre planète pourrait devenir inhospitalière pour les êtres vivants du fait du réchauffement climatique avant 2020, Il conviendrait de se hâter d'adopter ces nouvelles techniques qui présentent l'avantage de ne pas réchauffer notre environnement.

 

Bien à vous

Balendard                                      *Ce mot n’est semble-t-il pas au dictionnaire : Dommage

 

Quelques fichiers qui prouvent :

-         Qu’il ne s’agit pas d’un leurre mais d’un objectif à notre portée   Synthese isolation-génération  

-          Que Balendard  a besoin d’aide vu qu’il ne peut guère faire mieux pour débloquer un système à l’agonie   Plaidoyer pour la pompe à chaleur en ville

-          Que cette orientation vers une cohabitation des hommes et des fluides pour le chauffage de l’habitat conduit à la  Solar Water Economy  qui, grâce au soleil et à la rivière, nous libérera totalement à moyen terme des produits fossiles pour le chauffage de l’habitat.

 

A l’occasion du COP21, Balendard cherche un sponsor qui accepterait de financer l’insertion d’une page entière traitant de ce sujet dans le journal « Le Monde ».

Alors qu’une réserve très importante mondialement d’un pétrole presque pur et facilement exploitable est maintenant contrôlée par Daesh dans le désert séparant la Syrie et l’Irak,  une moins grande dépendance au pétrole de nos sociétés occidentales serait la bienvenue. Le mot de passe d’accès au livre sous sa forme ebook sera communiquée à l’organisme acceptant de prendre à sa charge cette parution.